LES DEGRÉS DE PARENTÉ ….. QUÉSACO

Qui n’a pas entendu …. Ton cousin germain a fait ceci ou cela ….

Mais qui est ce cousin germain ? Ou se situe-t-il dans notre arbre ??

et heu quoi ??

Maman tu as des sœurs germaines !!!

du premier degré, non du 2ème , non du 1er

HEIN ???

Ma parentèle en schéma

Le vocabulaire de ma parentèle

Ma fratrie

On a tous tendance à parler de nos frères et sœurs, voire de nos demi-frères ou demies -sœurs …. Que nenni, quel vilain vocabulaire incomplet et imprécis … lol

Pour ma part, j’ai deux sœurs germaines, pourquoi germaines ? parce que nous avons les mêmes père et mère

  • Si nous étions issues de la même mère et de père(s) différents, nous serions des sœurs utérines, des demies sœurs dans le langage « commun »
  • Si nous étions issues du même père et de mère(s) différentes, nous serions alors des sœurs consanguines

Les Cousins « Germains »  et les cousins « issus de germains »

(Le mot Germain vient ici du latin « Germanus » qui signifie frère)

Les cousins  germains : leurs parents sont frères ou sœurs ; ces cousins ont donc des grands-parents en commun : mes enfants sont donc cousins germains de mes neveux et nièces ( la deuxième case de la ligne marron/rouge) … leurs grands-parents communs étant mes parents

Les cousins issus de Germains : sont des personnes qui ont des Arrières-Grands parents en commun : mes enfants sont donc cousins issus de germains de mes petits-cousins  (la troisième case de la ligne marron/rouge) … leurs arrière-grands-parents communs étant mes grands-parents

… Et si maintenant on attaquait

LES DEGRÉS DE PARENTÉ

Le degré de parenté désigne la proximité ou l’éloignement qui existe entre deux individus dans l’arbre généalogique familial. Le degré de parenté ne se mesure pas de la même manière en droit civil et en droit canon

Selon la définition légale du degré de parenté (article 741 du Code civil), chaque degré représente une génération.

Aujourd’hui, seul le droit séculier  (le droit civil) s’applique, mais il est bon de connaitre le mode de calcul des degrés de parenté en doit canon (droit de l’Eglise), puisque c’est l’Eglise qui consentait éventuellement à des dispenses pour se marier entre parents « proches »

Le degré de parenté en droit canon 

Selon le droit canon, on compte le nombre de générations séparant de l’ancêtre commun, on part de l’ancêtre commun et on compte le nombre de génération, c’est-à-dire les traits verticaux, entre la personne et l’ancêtre commun… Dans le schéma ci-dessous, Louis est l’ancêtre commun

En droit canon, si un même nombre de générations sépare chaque individu de l’ancêtre commun – s’ils sont donc issus de la même génération-  on ne mentionne que ce nombre.

le principe des degrés de parenté selon le droit canonique de l’Eglise catholique permet de comprendre pourquoi on rencontre parfois dans les actes de mariage la mention de dispense pour consanguinité au troisième degré… Seul le pape pouvait accorder une dispense au deuxième degré

Le site de Franck Chabot (http://no-reality.org/genealogie/custom/degres.pdf ) est très explicite dans les schémas qu’il a réalisés en 2008 …. toujours dans le droit canon ….

Je vous mets en copie quelques uns des exemples qu’il a schématisé :

Le degré de parenté en droit civil

En droit civil un degré de parenté correspond à une génération. (article 741 du Code civil) Les degrés de parenté forment une ligne (article 742 du Code civil).

On distingue deux lignes :

  • la ligne directe : suite des degrés de parenté entre personnes qui descendent l’une de l’autre

En ligne directe (c’est-à-dire entre ascendants et descendants), le nombre de degrés est égal au nombre de générations qui sépare les deux personnes considérées. On compte un degré par génération : ainsi, entre un parent et son enfant, il y a un degré. On dit qu’ils sont parents au 1er degré. Entre un grand-parent et son petit enfant il y a deux degrés. On dit qu’ils sont parents au 2e degré, etc

  • la ligne collatérale : suite des degrés de parenté entre personnes issues d’un même ancêtre

En ligne collatérale (frères sœurs, oncles tantes nièces neveux, cousins), il faut toujours remonter à l’ancêtre commun des personnes dont on veut calculer le degré de parenté et compter un degré à chaque génération. Puis, il faut redescendre jusqu’au parent collatéral en ajoutant un degré de la même façon. Ainsi, un frère et une sœur sont parents au 2e degré. Un neveu (nièce) et leur oncle (tante) sont parents au 3e degré. Des cousins seront, selon le cas, au 4e (cousins germains), 5e (issus de germains) …

Pour déterminer le degré de parenté en Droit Civil :

on remonte à l’ancêtre commun, puis l’on redescend en comptant un degré pour chaque génération et sur une ligne.

Ainsi de Mathilde (en rouge) Catherine (à droite en bleu)

on remonte le père (1) le grand-père (2) l’arrière-grand-père  qui est l’ancêtre commun- (3)

puis

on redescend vers le Grand-oncle (4) pour arriver à Catherine parente au 5ème degré avec Mathilde

Toujours sur le site de Franck Chabot …. Cette fois en droit civil …. des exemples qu’il a schématisés :

Et voilà …. Facile non ??

La prochaine fois on s’attaque aux Implexes

Le document en PDF est ici

Pour remonter en haut de page, c’est là

2 réflexions sur “LES DEGRÉS DE PARENTÉ ….. QUÉSACO

Répondre à MCLAUDE Annuler la réponse.