DU SOU A L’EURO … A travers ma grand-mère

Les généathème initiés par Sophie Boudarel et repris par Geneatech nous proposent un thème par mois … Voici celui de juin

Pour ce nouveau généathème, en cette période de déclaration des impôts, parlez-nous d’argent !

(..) Un sujet à tordre dans le sens qui vous inspirera le plus.

En voilà un thème qui devrait m’inspirer si je m’en réfère à mon métier
Mais nan … Rien, rien ne me vient
Rien, rien rien …

J’ai bien parlé un peu argent dans un de mes articles quand j’ai évoqué le salaire de Jean-Baptiste, Facteur de son état … A part ça, nada
Et côté inspiration, re-nada

Une anecdote peut-être sur ma grand-mère qui lorsque nous étions petites nous donnait chaque dimanche une pièce … de 100 sous

Je vais donc orienter cet article « Histoires d’argent »
sur les monnaies sous le « règne de mémé »

Née avec le franc, elle « causait » en sou
Mémé Loulou, ma grand-mère paternelle est née en 1911 … Elle nous a quitté en 2005

1 franc = 20 sous et 5 francs = 100 sous
Tel était encore le langage de Loulou en 1970
Compter en sous c’est mieux !!!

Mille ans après la réforme monétaire carolingienne, quand la livre tournois cède la place au franc en 1795, sols/sous et deniers disparaissent des bourses. Toutefois, les Français continuent d’appeler sou le vingtième du franc. Ainsi, la grosse pièce en bronze de 5 centimes était-elle qualifiée de sou (sous la plume d’un Honoré de Balzac ou d’un Victor Hugo, par exemple), la « pièce de cent sous » voulait dire cinq francs et que l’on appelait aussi « écu » (dans Germinal de Zola). La dernière pièce de 5 centimes, lointain souvenir hérité du franc germinal, est démonétisée dans les années 1940, mais le mot sou continue d’être employé (sauf pour la pièce de 5 centimes de nouveau franc de 1960 qui équivalait en fait à 5 anciens francs).
les Français parmi les plus âgés parlent encore de tel article à six sous de leur jeunesse et, pour eux, cinq anciens francs sont toujours une pièce de cent sous. Source Wikipédia

Ma chère mémé jonglait allègrement entre franc et sou
Ses parents Espagnols, quant à eux, convertissaient les francs en pesetas !!! Je ne saurais dire s’ils passaient par la case « sous » ou non …
Autant dire que parler « argent » devait être folklorique dans leur foyer

Un pour vingt c’était facile … Mais c’était sans compter sur la réforme monétaire de décembre 1958 qui instituant la création d’un nouveau franc égal à 100 francs « anciens » vint tout rendre plus complexe

Loulou a alors 47 ans …

Elle converti les nouveaux francs en anciens pour savoir combien de sous tel ou tel article vaut. A-t-elle une calculatrice dans son sac à main quand elle fait ses courses ??

A ma naissance en 1963, ma pauvre grand-mère en était donc déjà à deux conversions.


Alors, pensez donc, quand Loulou nous donnait une « pièce de 100 sous » c’était une somme colossale … D’où sans doute une de ses expressions préférées :

« Mes petites chéries, vous êtes élevées avec une cuillère de caviar* dans la bouche »

*Chez nous point de cuillères en argent …
Elles sont en caviar …
C’est comme ça et pis c’est tout !!!

Ces 100 sous hebdomadaires étaient souvent – trop souvent aux dires de mon dentiste- convertis en bonbons … Dans ma jeunesse, pour « cinq francs font cent sous » on repartait avec une impressionnante cargaison.

Dans les années 1970, un Carambar coûtait 0,05 Franc.
Aujourd’hui, il est vendu 0,15 euro … Soit 1 nouveau franc
Si la taille du Carambar avait eu la même inflation que son prix, il mesurerait 80,06 centimètres. 😂

Quand l’€uro est mis en circulation le 1er janvier 2002
Loulou a 91 ans

1 €uro vaut 6,55957 Francs soit 655,957 anciens francs
Ce qui en « sous » fait …… Je vous laisse calculer 😉

Bref, c’est compliqué pour une vieille dame … Même avec toute sa tête et encore de l’énergie à revendre …

D’où ce coup de fil un jour :

« Allo ma chérie »
« Bonjour ma Loulou, ça va ?? »
« Oui, oui ça va. Dis-moi tu sais que c’est ton père qui s’occupe de mes papiers de la banque ?? »
« Je m’en doutais un peu, les papiers c’est pas ton truc mémé »
« Oui, bon … Ecoute j’ai dépensé 1 000 francs de trop … Ton père va m’engueuler »
« Ne t’inquiète pas, je t’envoie un chèque de 150 euros mémé »
« Non !!!! Mais tu comprends rien !!! Qu’est ce que je vais faire avec 150 euros !!!
C’est 1 000 francs-d ’euros qu’il me faudrait !!!
 »

Ma grand-mère avait adopté une conversion franc/euro qui lui semblait plus « réaliste »

Inventant au passage une monnaie qui aura cours jusqu’à son dernier jour,
le « franc-d ’euro »

 « Un sou c’est un sou »
Qu’il soit franc ou €uro c’est tout comme

Je lui ai donc rendu, avec grand plaisir, les wagons de 100 sous de mon enfance
qu’elle m’offrait si généreusement.

Pour ma part, j’espère que cet article à « trois francs six sous »
un peu éloigné du thème, vous aura plu

Haut de page

15 réflexions sur “DU SOU A L’EURO … A travers ma grand-mère

  1. Je crois qu’on a tous eu une grand-mère un peu comme ça.
    Je me souviens de la mienne, Rosa (1909-1998) : en 1998 on commençait déjà à faire le double affichage sur les relevés bancaires. Catastrophée, elle appelle ma mère : j’ai perdu de l’argent !!!
    Mais non mémé, tout va bien 🙂

  2. De bien beaux souvenirs, j’avais également des arrières-grands-parents qui parlaient en sous.
    Le passage franc-euro n’est pas fini non plus.
    Bel article.

  3. En plein dans le thème, je trouve, au contraire ! Je n’avais pas de mémé qui comptait encore en sous mais cependant, les 100 sous pour la pièce de 5 francs je connaissais à cause de ce qu’on dit chez moi d’un bavard : « Celui-là, il faut 1 franc pour le mettre en route et 100 sous pour l’arrêter » 🙂

  4. Le sou est au départ le solidus monnaie de 4,5 g d’or créée par l’empereur Constantin (ive siècle) en remplacement de l’aureus.. Cela ferait donc une valeur en or de près de 200 € actuel. À la fin du 19ème siècle, la somme de 3 Francs six sous, représentait 1 journée de travail pour un ouvrier dans une usine de production ou à la mine, mais avec la dévaluation du franc des années 20-30, ça donnait l’impression de n’avoir plus rien. En 1968 j’occupais mon premier emploi dans une brasserie-restaurant en face de la gare de Luxembourg car en France j’étais trop jeune pour travailler. Le salaire était modeste mais avec les pourboires c’était assez intéressant. Mais en 1968 on refusait l’argent français sauf les pièces de 5F en argent. Le change était catastrophique pour les pauvres français . Payé chaque semaine en francs luxembourgeois j’ai beaucoup « dépanné » mes compatriotes à un taux de change plus favorable. Pour ma part je suis revenu du Luxembourg « riche comme Crésus » !!

  5. Totalement dans le thème, cet article
    Mes parents ont longtemps parlé en anciens francs – et je préfère éviter de convertir les prix actuels vers le franc, ca pourrait me donner une attaque ….

    En tout cs, excellente façon de lancer ce Geneathème spécial sous, francs, louis, euros, ……

  6. Bravo ! Super cet article ! J’adore ! Pour un sujet qui n’inspirait rien du tout, eh bien, j’aimerais bien avoir aussi « peu » d’inspiration ! 😉

  7. Très bel article. Merci pour cette lecture à la fois enrichissante et divertissante.
    Ma grand-mère était contemporaine de votre Loulou : née en 1911 et décédée en 2006. Elles ont eu une longue vie, malgré 2 guerres mondiales. Beaucoup de changements, en effet, dans la monnaie et la société.

Répondre à Olivier cahen Annuler la réponse.