D … Comme François

Quatrième jour de challenge

Hier, il fallait trouver

Le cœur du métier de charron est sa maîtrise de la roue, qu’elle soit en bois ou en fer.

Le charron fabriquait et réparait des carrioles, charrettes, brouettes ou tout autre véhicule avec des roues, outils de travail, de loisir ou de guerre.

Le charron a aussi été appelé « embatteur de roues », « rodier » ou « royer ».   Jayme Pascual VALDES-MARTINEZ, Sosa 46 de mon fils exerçait ce métier en Algérie où il est né … Fils d’émigré Espagnol, il est l’arrière-grand-père de la grand-mère paternelle de mon petit

Voilà les statistiques de Généanet au sujet de ce métier

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-34.png

Retour vers le Challenge AZ 2021

C … Comme Jayme

Une incursion dans la branche paternelle de mon petit

Hier, il fallait trouver

Le métier de boucher est l’un des plus anciens et le mieux organisé, avec celui de boulanger

A ses débuts, la boucherie était pratiquée par peu de personnes. Il s’agissait souvent d’affaires de familles, les fils reprenant l’activité des pères… L’héritage était même officialisé dans une charte du XIIe siècle de la Ville de Paris. Au XVIe siècle la profession se dota de véritables statuts et les bouchers devaient prêter serment.

Ainsi, Philippe KNODERER, mon Sosa 500 succéda à son père Jean KNODERER dans la profession … Pour la petite histoire, Philippe épousa Charles Geneviève PETIT, fille de mon aubergiste … Les jeunes gens se seront sans doute rencontrés au sein de l’auberge lors d’une livraison … A moins que leurs pères respectifs n’aient trouvé utile d’unir leurs ressources … Et quoi de mieux pour sceller une entente que de marier ensemble les enfants des parties

Voilà les statistiques de Généanet au sujet de ce métier

Retour vers le Challenge AZ 2021

B … Comme KNODERER

Jour 2 du Challenge AZ … je tiens le rythme des lectures


Hier il fallait trouver

Le mot auberge est apparu vers le XVème siècle sous la forme « aulberge » qui signifiait « campement », dérivé du verbe espagnol « albergar » pour héberger.

Il s’agissait donc d’une maison, située dans un village, où au bord d’une route et qui permettait de faire étape … L’aubergiste proposait le gîte et le couvert … Au confort souvent sommaire, certaines auberges étaient en sus dotées d’un abri pour les chevaux.

Dès le XVème siècle, des relais de postes furent crées pour acheminer le courrier royal dans un premier temps et par la suite pour accueillir les voyageurs.

Aubergiste, tel était le métier de mon Sosa 1002 François PETIT, né vers 1745 à Brunoy … Sa fille au prénom épicène épousera un de mes « B » …Tel était également le métier de Louis Nicolas Guyot, un oncle à la 7eme génération, aubergiste en Seine-et-Marne, héro du généathème de mai 2021

Voilà les statistiques de Généanet au sujet de ce métier

Retour vers le ChallengeAZ 2021

A … Comme François et Louis

Cette année Mon Challenge AZ sera une version
« cruciverbiste en herbe »  


Court et simplissime … Comme promis 😀

Sous chaque lettre, la solution de la précédente …

Complétée d’une définition – ou pas – d’une anecdote sur un de mes ancêtres, d’une copie d’acte confirmant le métier ou d’un lien sur un article

Court et simplissime … Comme promis 😀

… Juste pour le plaisir de participer

 (❁´◡`❁)

Retour vers le ChallengeAZ 2021