UN JOUR UN ANCÊTRE III

Après une petite pause je reprends le principe de la mini publication quotidienne ou presque avec cette troisième mouture du 1J1A Les versions 1 et 2 sont respectivement ICI et LA


UN JOUR UN ANCÊTRE III est le début du second tour du calendrier … Entre mes ascendants, et/ou collatéraux oubliés ou passés sous silence lors des deux premiers « chapitres », je devrais pouvoir encore tenir une année … Sans compter que mon petit arbre continue, lentement mais sereinement de s’étoffer.
Jour après jour un ancêtre direct ou collatéral fera donc la « une » de cet article … Jour d’anniversaire de naissance, de mariage ou de décès, se sera l’occasion de faire connaissance, de rechercher les actes manqués manquants et de papoter un peu sur une vie, un évènement ou un lieu

C’est donc à Scolastique d’ouvrir cette nouvelle « danse des anniversaires »,
elle qui est née un 18 mai

Un « clic » sur la date de votre choix

18 mai Scolastique / 24 mai / 25 mai / 26 mai / 27 mai / 31 mai / 1er juin / 7 juin / 11 juin /


Sosa 53

Scolastique, Clémentine LHOTEL … Le « S » de mon Challenge AZ 2020 …

Petite domestique de ma généalogie, est née le 18 mai 1830 à Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux, en Seine-et-Marne … Toute jeune mariée de 19 ans, elle est orpheline de père en ce jour de noce de 1849 où elle épouse Louis Jacquet, mon Sosa 52

Sans doute sera-t-elle très fière d’apposer sa signature sur son acte de mariage à coté de celle de son époux

Je lui connais deux enfants, Félicie et Alphonse, qui sont respectivement la tante et le père de « mémé Colombe » mon arrière-grand-mère maternelle … Voilà toute ma richesse sur cette discrète ancêtre

Son fils Alphonse partira s’établir à Nancy, rejoignant ainsi sa famille paternelle qui y est établit depuis la nuit des temps … Nancy où Scolastique, veuve, s’éteindra le 5 janvier 1902, ainsi qu’il est inscrit dans la nécrologie de   » l’est républicain » édition du 7 janvier 1902


Sosa 125

Caroline Clotilde KNODER, Fille de Jean Philippe et de Clotilde Amélie Halle, est née le 24 mai 1827 à Sucy en Brie …

Blanchisseuse, épouse de berger, Je lui connais au moins trois enfants, deux filles et un fils dont je suis la descendante … Caroline s’éteindra à 58 ans le 8 janvier 1885

Caroline, je vous l’ai présentée lors du challenge AZ … Sous la lettre « K » … Et vous avez fait sa connaissance par le biais de son époux lors de l’incontournable « RDV Ancestral » … celui de mars dernier

Le petit coin historique

Trois jours après la naissance de Caroline, ma petite Sosa 125, le nouveau Code forestier est promulgué le 27 mai :

En 1827, à l’aube de la révolution industrielle, la forêt ne constitue plus que 16 % du territoire français et un nouveau code est promulgué qui restreint les droits d’usage notamment des paysans sur les forêts en restreignant voire supprimant le ramassage de bois mort pour le chauffage, de feuilles mortes utilisées comme engrais, de bruyères et de genêts qui servent de fourrage et de la cueillette des baies et fruits sauvages et de champignons.

Haut de page

Accueil du blog


Sosa 197 de monsieur

Le 25 mai 1792, s’éteignait dans sa commune bretonne de naissance Marie LE GALL, âgée de 66 ans … Veuve, non remariée, depuis 24 ans

Comme toutes les femmes mariées, elle portera le patronyme de son époux … Patronyme qui survivra jusqu’à la mère de mon chéri … Marie est la Sosa 197 dudit chéri 😊

Née le 20 janvier 1726 à Rosnoën où elle passera toute sa vie, Marie épouse Jacques, son promis le 28 février 1753 … Elle a 27 ans, le marié en a 29 … Leur premier né est légitimé par le mariage, c’est une petite fille qui ne vivra que 7 ans … Huit autres naissances suivront durant l’union des deux petits bretons
Seuls trois des neuf enfants du couple atteindront l’âge adulte … L’un décédant à 22 ans, les deux autres se marieront et auront une descendance … L’ancêtre de mon époux est le dernier né de la fratrie, il a vu le jour le 15 décembre 1766 à Rosnoën (Campic)

Pssst : en breton Rosnoën c’est Rosloc’hen

Le coin histoire

Alors que Marie rendait l’âme en ce mois de mai de 1792, quatre naissances allaient marquer l’histoire :

  • le 1er mai 1792 naissait Thomas Gousset, cardinal et théologien français
  • le 6 mai Martin Ohm vint au monde, mathématicien allemand.
  • le 13 mai naissait Giovanni Maria Mastai-Ferretti, futur pape Pie IX († 7 février 1878).
  • et le 21 mai arrivait Gaspard-Gustave Coriolis, mathématicien et ingénieur français.

Haut de page

Accueil du blog


Sosa 388

Isaac WAGNER

Ce sont les registres paroissiaux protestants qui furent mon graal pour reconstituer la vie d’Isaac WAGNER, mon Sosa 388 … Protestant, comme le furent ses parents Jacob et Anna Catharina RICHARDT

Isaac fut baptisé le 2 mai 1734 à Mulhouse d’où sont originaires ses parents … C’est dans cette cité-ville qu’il passera toute sa vie … Il y épousera Anne Catherine WOLF le 3 mai 1756 puis Salomée STEFFAN, le 30 janvier 1782 … huit mois après le décès de sa première épouse

Reçu à la tribu des tailleurs le 13 juin 1756, Isaac verra son fils né de sa première union, rester « dans le tissu ». En effet Jean Wagner, fils d’Isaac teinturier, petit-fils de Jacob, passementier, épousera la profession de tisseur de draps … Ils sont les trois derniers de ma lignée dans cette corporation

Isaac décèdera le 26 mai 1784 … Il avait 50 ans … Salomée lui survivra 27 ans

 Les corporations à Mulhouse 

Depuis 1445, il y avait six corporations à Mulhouse, également dénommées « tribus » . Une 7e, celle des cordonniers/tanneurs/selliers fut réunie à celle des bouchers probablement pour rester dans le cadre de la répartition des sièges au conseil. Chaque tribu avait son « poêle »(Zunftstube) ou lieu de réunion permanent.

  • La tribu des tailleurs (Schniderzunft) comprenait tous les marchands, merciers, drapiers, tondeurs de drap, tisseurs de laine, tisseurs de lin, tailleurs et couturières, bonnetiers, pelletiers, chapeliers, teinturiers, foulonniers etc…
  • La tribu des bouchers (Metzgerzunft) réunissait les bouchers, tripiers, tanneurs, corroyeurs, mégissiers, selliers, cordonniers, savetiers et autres petites industries du cuir.
  • La tribu des boulangers (Beckenzunft) regroupait les meuniers, boulangers, pâtissiers, aubergistes et hôteliers, pêcheurs, puis les chirurgiens-barbiers, cordiers etc…
  • La tribu des maréchaux (schnidzunft) se composait des artisans travaillant les métaux, le bois et la pierre : forgerons, maréchaux-ferrants, serruriers, couteliers, armuriers, potiers d’étain, orfèvres, puis les charpentiers, charrons, menuisiers, sabotiers, tonneliers, cuvetiers, boisseliers, tourneurs et aussi les maçons, tailleurs de pierre, couvreurs, vitriers, poêliers, peintres etc.
  • La tribu des agriculteurs (Ackerleutzunft) comprenait les cultivateurs, maraîchers, pâtres, voituriers-charretiers etc.
  • La tribu des vignerons (Rebleutzunft) regroupait les vignerons et plus tard, quand leur nombre diminua : on ajouta les professions libérales : médecin, instituteur, greffier, pasteurs (après la réforme) et les gens sans profession vivants de leur patrimoine.

Source : https://nithart.com/tribus.htm

Haut de page

Accueil du blog


27 Mai

Deux anniversaires dans mon arbre en ce 27 mai

Thérèse DEMARNE, née le 27 mai 1791, épouse de François Etienne FEVRE, distillateur …. Grand-mère de mes deux arrière-grands-parents dont vous avez – sans nul doute 😊 – vu le visuel dans le premier « 1J1A » ICI

Et Anne-Marie-Charles-Victorine JACQUET qui décéda le 27 mai il y a 83 ans
Elle avait 18 ans … Une toute jeune fille, emportée par une pneumonie
Je vous l’ai présentée dans un article consacré … à Ses frères
Article que vous trouverez ICI

« L’instant botanique »

Le 27 mai était généralement le 8e jour du mois de prairial, dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du martagon.

Haut de page

Accueil du blog


Sosa 46 de mon fils

Jayme Pascual VALDES-MARTINEZ est le Sosa 46 de mon fils

Fils d’Espagnols émigrés en Algérie, Jayme Pascual est né le 31 mai 1846 à ORAN où se sont établis ses parents Jayme VALDES et Maria del Rosario MARTINEZ, tous deux natifs de Rojales, Province d’Alicante, Espagne.

Les parents de Jayme émigreront en Algérie aussitôt mariés …
Et c’est à Oran que naitront les trois enfants que je leur connais :

  1. Jayme Pascual en 1846
  2. Maria Teresa en 1855
  3. Petra en 1858

Jayme Pascual sera charron comme l’était son père … En 1869, le 29 mai à SIDI BEL ABBES, il épouse Anna Maria LOPEZ-AMORICH, espagnole, comme lui fille d’émigrés.

Le jeune couple aura 8 enfants dont la troisième née Vicenta est la grand-mère de la grand-mère paternelle de mon fils …  Jayme et Anna perdront au moins 3 de leurs enfants qui n’auront aucun atteint l’âge de 10 ans … La vie de colons est rude, les petits en feront les frais

En 1892, Jayme et son épouse seront naturalisés … Français … Ainsi qu’il est publié dans l’édition du 23 juin du journal « L’AVENIR DE BEL ABBES »

Jayme s’éteindra dans le domicile conjugal, le 25 novembre 1896 … Il avait 50 ans … Il aura eut le temps d’assister au mariage de sa fille Vicenta en 1893…
Il laisse derrière lui son épouse et leurs enfants encore vivants … La benjamine a 14 ans

Haut de page

Accueil du blog


Mon Sosa 964

Il y a 355 ans, naissait le 1er juin 1666, Claude Emery mon Sosa 964, fils de Claude et Antoinette Grusard.
Comme sa lignée ascendante, il est né, s’est marié et est décédé à « Le Grand-Lemps »

Je possède ses actes de naissance et de décès, seule sa date de mariage m’est inconnue … Je suppute donc que c’est au Grand-Lemps qu’il épouse Anne Couturier, Lempsiquoise comme lui.

Le couple aura 12 enfants … à ma connaissance

Claude s’éteindra à l’âge fort honorable de 75 ans … Sa si féconde épouse le suivra dans l’au-delà 13 ans plus tard.

Le couple aurait donc eu des jumelles Jeanne et Anne :

  • Autant je suis formelle sur la naissance de la petite Jeanne qui a pour marraine Jeanne Milan, belle-sœur d’Anne Couturier …
  • Autant Concernant Anne, la seconde « jumelle » j’ai un gros doute … Le registre est tout « gribouillé » à peine lisible … Et il se pourrait bien qu’en fait la petite soit la fille de Jeanne Milan susnommée

M’en vais tenter de mettre la main sur une grosse loupe pour vérifier

Le moment histoire

La bataille des Quatre Jours est une bataille navale de la deuxième guerre anglo-néerlandaise qui se déroula du 11 au 14 juin 1666 (1er au 4 juin selon le calendrier julien alors en usage en Angleterre), au large des côtes flamandes et de l’Angleterre.

Haut de page

Accueil du blog


Le frère de mon Sosa 8

Maurice Muller, fils de Maurice et Agnès WITSCHGER, est né le 7 juin 1844 à Soultz-Haut-Rhin où sa famille est durablement installée….  Maurice, son père et Agnès sa maman, auront quatre fils et deux filles … Maurice (junior donc) est le second né de cette fratrie de 6, il est le frère cadet de mon arrière-Grand-père Edouard, lequel est né le premier.

A l’instar de ses frères, je retrouverai Maurice à Paris, pendant la terrible période de la Commune de Paris... Comme Edouard et Joseph, il optera le 25 septembre 1872 pour la nationalité française … Le petit dernier de la fratrie, né plus tard, sera réintégré dans la nationalité française ainsi qu’il sera inscrit sur sa fiche matricule

Je n’ai que très peu de renseignements sur Maurice … Sa date de naissance et son acte d’option à la nationalité … Je ne sais ni s’il s’est marié, ni s’il a une descendance, ni même où et quand il a rendu son dernier soupir …

Il est pour le moment un oncle mystérieux

Haut de page

Accueil du blog


Fille de ma Sosa 113

Joséphine Pissard-Gibolet n’aura pas vécu bien longtemps … A peine âgée de 21 mois, la petite fille est porté en terre, le 11 juin 1839,  rejoignant son frère utérin décédé à 15 mois.

La petite Joséphine est la fille de Marie Josephte Pissard-Gibolet, veuve de Pierre Joseph Vallet, mon Sosa 112 … Décédé en 1832, Pierre Joseph aura eu trois enfants avec sa légitime épouse Marie Josephte, trois enfants dont mon AAA grand-père

Comment Marie Josephte Pissard-Gibolet épouse et veuve Vallet a-t-elle réussi seule à élever les enfants de son défunt mari ?? Je ne saurai le dire … Toujours est-il qu’elle aura deux autres enfants respectivement 3 et 5 ans après son veuvage … Deux enfants qui nés de père(s) inconnu(s) porteront son patronyme

Qui est donc cet inconnu – ou ces inconnus – qui auront su ravir son cœur … Ou abuser d’elle ??
Voilà une enquête à mener en perspective

Juin 1839 en France

  • Gustave de Beaumont publie L’Irlande sociale, politique et religieuse chez Charles Gosselin.
  • Incendie du théâtre du Vaudeville rue de Chartres (rue disparue entre la place du Carrousel et le Palais-Royal)
    (Source : Wikipédia)

Haut de page

Accueil du blog


La suite … Prochainement 🙂

Laisser un commentaire